Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 13:49

Nous sommes en 1986,
Les veines saignent à l'esplanade de Vincennes.


Le vendredi soir, tous les mobeurs ont la fièvre. Dans de nombreux garages, arrière-cours, caves d'immeubles, on donne les dernières retouches à des moteurs gonflés à la limite de la casse.

Les pleins sont faits avec des mélanges plus ou moins alambiqués qui n'ont rien à  voir avec le 4% du mélangeur de la station du coin de la rue. L'alcool, l'éther, l'eau oxygénée par savants calculs vont projeter les 49,9 cm3 à des vitesses supersoniques.





Pour en finir avec la vie roulez là-dessus  !






Au rendez-vous à l'esplanade de Vincennes, derrière le château, dès le crépuscule la police est déjà là ainsi que le véhicule du SAMU. Quelques ambulances maraudent en attente de sang.
Les baraques à frites-saucisses enfument les pourtours de l'esplanade.
Déjà quelques groupes s'arsouillent sur la grande avenue bordée de platanes mortels pour celui qui ira les embrassés.

Les départs n'obéissent à aucune règle. C'est l'ouverture des gaz de quelques unes qui fait que la horde s'élance. Pas de mystérieux signal perceptible par les initiés seulement.
Seule l'adrénaline fouette le cocher qui se venge en tordant la poignée de gaz, ce qui lance l'attelage.
La seule règle : avoir une mob de préférence un "103" car c'est le cyclo pour qui on a proposé dans le commerce le plus de pièces adaptables dans le but d'en accroître les performances.

21 Heures, le gros de la troupe montre ses pots Ninja et ses kits à eau dernier cri.
Ils descendent du 9-3, de Montrouge, de créteil, d'autres de plus loin encore.
Les runs s'enchaînent . Des odeurs prenantes empoisonnent l'atmosphère et laissent deviner des préparations douteuses et que je soupçonne cancérigènes.

Les bêtes de course se côtoient, se mesurent, s'observent. Les pilotes ont la contenance facile derrière les visières fumées de leur casque.
Pour les riverains l'enfer des décibels commence. Ils en auront jusqu'à une heure du matin. Les plus timorés ont trouvé refuge sur les trottoirs.
Le but semble d'être le plus rapide mais comme personne ne prend le départ au même moment, parfois le dernier de la course précédente est pris pour le premier de la dernière.

On vient flirter avec la mort.  Certains ne seront pas déçus. Elle est venue au rendez-vous.
Quelques uns voulant mourir plus vite que d'autres, roulent sans casque, sans lumière.
On peut voir des machines avec des freins défectueux mais la grande faucheuse est incorruptible et ignore les provocateurs. Elle a ses raisons que la raison ignore dans ses choix et certains soirs elle n'amène personne.
Certains sont morts jeunes mais n'ont pas fait de beaux cadavres, plutôt déchiquetés...
Parfois une voiture de police surgit  dont on se sait où, se met à poursuivre on ne sait qui, pour n'importe quoi !!
La plupart du temps le type arrive à semer les flics en grimpant sur les trottoirs avec son "103" survitaminé.
Parfois de nombreux cars de CRS stationnent pendant des heures empêchant les candidats à la mort de jouer avec elle.
La police fait de la répression alors que les pouvoirs publics feraient mieux de fournir un vrai circuit sécurisé !...

Partager cet article

Repost 0
Published by la saga mobokaz
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la saga mobokaz
  • Le blog de la saga mobokaz
  • : la saga d'une passion
  • Contact

Recherche

Liens